Arthrose et Médecine du Sport

L’arthrose, qui touche-t-elle et pourquoi?


Définition et classification

Une cellule souche est une cellule non différenciée, caractérisée par sa capacité à générer des cellules spécialisées par différenciation et par sa capacité à se multiplier à l’infini et à l’identique (auto-renouvèlement), in vivo ou in vitro (expansion cellulaire). Elles jouent un rôle dans la conservation de l’intégrité de notre corps, en particulier dans le processus de régénération tissulaire. Les cellules souches humaines sont classifiées en trois types, de par leur origine : embryonnaire, fœtale ou adulte.


Cellules souches adultes

Les cellules souches adultes sont présentes dans la pulpe dentaire, le cordon ombilical, la moelle osseuse et le tissu adipeux. Les cellules souches de sang de cordon ombilical, de moelle osseuse ou de tissu adipeux sont déjà utilisées pour certaines thérapies et dans différents essais cliniques. Les cellules souches adultes (moelle osseuse) sont utilisées dans 90% des traitements actuels de thérapie cellulaire.

Les procédures de traitement comme TraumaMedXCell® offrent l’avantage d’obtenir des cellules souches pouvant être facilement conservées pour des injections ultérieures. De même, ces cellules conservées peuvent être isolées, congelées et multipliées par culture cellulaire in vitro et ainsi produites en grande quantité avant d’être utilisées lors des méthodes SportMedXCell® et DiscMedXCell®. Une faible quantité de cellules souches est suffisante pour en donner des millions et se multiplier suffisamment pour atteindre le nombre nécessaire pour un traitement.

La conservation des cellules souches de la moelle osseuse est désormais accessible au médecin et patient et peut être primordiale pour une future utilisation thérapeutique ou un usage ultérieur lors d’injections secondaires (TraumaMedXCell®).

Les cellules souches peuvent être conservées en froid, à très basse température (cryoconservation à -130°C), et stockées ainsi plusieurs dizaines d’années.


Etape 2 : injection des cellules au niveau articulaire

Le patient doit arriver en salle d’opération à jeun depuis 6 heures. La zone d’injection est préparée (antiseptique et anesthésie locale). Les cellules souches cultivées sont ensuite injectées dans l’articulation. Un simple pansement est posé sur la zone une fois l’injection terminée.

Le patient quitte le bloc opératoire après 10 min de repos. Il lui est ensuite recommandé de se reposer pendant 48h et de faire attention à ne pas se surmener pendant une semaine.

Une rééducation adaptée à chacun pourra être proposée.

Deux visites de routine sont demandées au patient pour évaluer les progrès à 12 et 24 mois post opératoire.

Quels sont les risques ?

À ce jour, aucun effet secondaire n’a été constaté suite à cette opération.

Quels résultats le traitement de la dégénération des disques lombaires par les cellules souches permet-il d’obtenir ?

Suite aux essais cliniques, les patients souffrant de dégénération de disques lombaires ont été suivis pendant un an. Une amélioration significative a été constatée cliniquement et biologiquement dans 90% des cas un an après. Les disques intervertébraux de 50 % des patients ont montré des signes de régénération et une augmentation d’épaisseur.

Il est possible d’estimer que l’efficacité du traitement est comparable, voire supérieure à des solutions chirurgicales. Ce traitement offre toutefois l’avantage d’être une intervention simple non invasive qui préserve les biomécaniques de la colonne vertébrale et ne compromet pas d’autres traitements ultérieurs si elle ne devait pas s’avérer suffisamment efficace.