Articles

MEDXCELL SCIENCE VALORISE LES RECHERCHES MONTPELLIÉRAINES SUR LES CELLULES SOUCHES

 

C’est une première. La start-up MedXCell Science associe la société suisse MedXCell et le CHU de Montpellier qui l’intègre dans son nouvel incubateur en biotechnologies « Cyborg ». Objectif : devenir le numéro un de la médecine régénératrice.

 

Née fin août à Montpellier, MedXCell Science SAS veut développer et mettre sur le marché des thérapies cellulaires innovantes ciblant les maladies ostéo‐articulaires, comme l’arthrose. Originalité : elle associe la société de Lausanne MedXCell SA, des chercheurs montpelliérains et le CHU de Montpellier.

 

 

« Il s’agit de la première participation d’un CHU français dans une entreprise de valorisation des résultats académiques », souligne Thomas Le Ludec, directeur général du CHU.

 

L’ambition des fondateurs ?

« Nous voulons devenir numéro un de la médecine régénératrice. Notre objectif est d’arriver à démocratiser des traitements de pointe, faiblement invasifs et aux capacités régénératrices. Nous trouvons à Montpellier de vraies compétences. Nous allons collaborer avec des gens de très haut niveau, de classe internationale », annonce le Dr Mathurin Baquié, directeur des opérations de MedXCell SA et président de la start-up montpelliéraine

Biothérapies

La jeune entreprise s’appuie sur les recherches du Pr Christian Jorgensen, directeur de l’Institut de médecine régénératrice et de biothérapies (IRMB) Inserm, CHU et Université de Montpellier), ainsi que sur le brevet du Pr John de Vos et du Dr Danièle Noel. Des études cliniques européennes de phase 1 et 2 pilotées depuis Montpellier ont déjà testé avec succès l’utilisation de cellules souches pour soigner l’arthrose et la pathologie discale.

 

« Les financements servent à poursuivre les recherches. Une solide étude clinique de phase 3 démarrera à la fin 2018 », note Christian Jorgensen.

 

L’espoir d’un traitement abordable se profile d’ici quelques années. MedXCell Science SAS profitera d’une très grande proximité physique avec les équipes de recherche, puisque la start-up est hébergée chez Cyborg, le nouvel incubateur en biotechnologies lié à l’IRMB basé sur le campus Gui de Chauliac ‐ Saint‐Eloi.

Cet incubateur, co-financé par l’Etat et la Métropole de Montpellier dans le cadre du Pacte Métropolitain d’Innovation santé et de la démarche Montpellier Capital Santé, vise à créer la médecine régénérative de demain.